• Nouveau Départ V 2.0

    Nouveau Départ V 2.0

     

    Bienvenue sur la version 2.0 de Nouveau Départ (pour ceux qui voudraient lire la première version c'est ici)

    Alors pourquoi cette deuxième version ? Parce que j'étais très mal partie sur la première, y'avait pas mal de choses que je ne pouvais pas raconter donc j'me suis bloquée toute seule, bref, donc globalement, l'intrigue reste la même, étant donné que c'est toujours la même histoire o enfin y'a quelques détails qui vont changer, mais je n'en dit pas plus ^^.

     

    Nouveau Départ V 2.0

     

    Il y a parfois des choses dont on aimerait que jamais personne n'en sache ne serait-ce qu'une infime partie, que ça soit pour se protéger ou pour protéger son entourage. Sauf que tous les secrets, quels qu'ils soient, finissent toujours par se savoir...

     

    K-B

     

    Mises à jour

    Prologue : Pubilé

    Chapitre 1 : En cours


    > Fiches personnages <


    Découvez également : Les aventures de Pierre (Courtes nouvelles, sans illustrations, dans lesquelles Pierre se retrouve dans des situations "comiques")

  • Prologue

      

    "Ça se passe mal. Ça s'est vraisemblablement toujours mal passé sur notre planète. Peut-être que dans un avenir proche, des millions de gens vont s'installer sur une autre planète et que, dès lors, c'est sur cette autre planète que ça va mal se passer."

    [Kazimierz Brandys]

     

    Nouveau Départ V 2.0

     

    - Bonjour, je viens chercher Lucas Caboula, dis-je en arrivant à l'accueil de l'école maternelle.

    - Vous êtes la mère de Lucas ? Me demanda la femme de l'accueil.

    - Non, je suis sa sœur, pourquoi ?

    - J'aurai aimé pouvoir parler à sa mère, ou à son père.

    - Il y a un problème avec Lucas ? M'inquiétais-je. Je suis psychologue, vous pouvez m'en parler, je saurai quoi faire.

     

    Nouveau Départ V 2.0

     

    - Très bien suivez-moi. C'est à propos d'un dessin qu'il a fait en cours. L'institutrice avait demandé aux enfants de dessiner leur maman. Il a d'abord représenté une certaine "Léla" avec une guitare je crois, vous savez s'il regarde beaucoup la télé ?

    - Non, Léla c'est moi.

    - Ah. Et donc l'institutrice a insisté sur le fait qu'il fallait qu'il dessine sa maman et il a fait un dessin assez étrange, un rectangle gris.

    - J'imagine qu'il a en quelque sorte respecté la consigne. Ça doit être la tombe de notre mère qu'il a dessiné, je l'y emmène assez souvent.

    - C'est un peu glauque pour un si jeune enfant je trouve mademoiselle Caboula.

     

    Nouveau Départ V 2.0

     

    - Frogito, mademoiselle Frogito s'il vous plait, le père de Lucas n'est pas le mien. Et je ne vous permet pas de juger la façon dont je m'occupe de mon frère, sauf si bien évidemment il a l'air perturbé, malheureux ou qu'il a des difficultés à se développer. Mais il ne me semble pas que ça soit le cas, lui répondis-je souriante et posée.

    Elle détourna le regard et ne me répondit pas. Ça devait probablement dire que j'avais raison. Je ne comprendrai jamais pourquoi les éducateurs s'inquiètent si facilement pour les enfants. Bon d'accord, ils n'ont pas vraiment de formation psychologique ou médicale pour pouvoir juger de la pathologie du comportement des enfants et donc dès que quelque chose sort de leur norme ils ont tendance à s'emballer, et mieux vaut une fausse alerte qu'une anomalie qui ne sera pas décelée tout de suite. Dans le cas présent, l'institutrice aurait tout simplement pu demander à Lucas pourquoi il avait dessiné ça et l'affaire aurait été classée, même sans formation psychologique elle aurait comprit pourquoi il m'avait dessinée moi et pas notre mère au début. Mais bon, je ne vais pas débattre de ça toute la journée...

    Et alors que je dénigrais mentalement l'Éducation Nationale, j'entendis quelqu'un courir et m'appeler.

     

    Nouveau Départ V 2.0

     

    - Léla ! Léla !

    - Coucou toi. Alors, tu as passé une bonne journée ? Demandais-je en me mettant à la hauteur de mon frère.

    - Oui et je suis sage, me dit-il fièrement.

    - C'est bien, dans ce cas tu peux choisir ce qu'on va faire maintenant.

    - Guitare maman et piano à la maison, répondit-il avec un grand sourire.

    - La guitare est dans la voiture, t'as de la chance. Allez, on y va, dis au revoir à la dame.

    - Au revoir, fit-il avec un signe de main.

     

    Nouveau Départ V 2.0


    1 commentaire
  • Prologue

     

    Après une dizaine de minutes en voiture, nous arrivâmes au cimetière où était enterrée notre mère, Sarah Travioli. Je lui en ait voulu pendant un bon bout de temps d'être partie de la sorte, de nous avoir caché cette maladie qui la tuait à petit feu. Oh oui, je lui en ai voulu de nous avoir laissés seuls sans aucune préparation psychologique. Et pourtant, il y avait de nombreux signes qui auraient dû nous mettre la puce à l'oreille...

     

    Prologue

     

    Les détails de cette histoire, Lucas ne la connaît pas, et je préfèrerai qu'il n'en sache jamais rien. Pourquoi ? Parce que tout a commencé avec sa naissance. Enfin non, tout à vraiment commencé environ un mois avant la naissance de ce petit frère improvisé. Quand je repense aux circonstance de sa naissance, j'ai moi-même parfois du mal à croire que ça s'est réellement passé. Normalement ce genre de chose n'arrive que dans les films, ou les romans. Normalement, tout ce qui est arrivé à ma mère en un temps réduit arrive aux autres étalé sur une vie entière. Normalement, ce genre de choses arrive toujours aux autres...

     

    Prologue

     

    Pourquoi elle ? C'était la question qui me restait en tête chaque jour qui a suivit son hospitalisation. Mais il n'y a pas de réponse à cette question. On a beau chercher une raison à tout ça, on n'en trouve jamais. Non elle n'avait rien fait pour mériter une fin prématurée. Oui elle avait peut-être envie d'en finir. Mais non elle ne pouvait pas nous abandonner de son propre chef... Elle avait des défauts, certes, mais c'était une grande femme, le genre de personne qu'on n'oublie jamais...

     

    Prologue

     

     


    votre commentaire
  • Chapitre 1

     

    "La vie est un passage, le monde est une salle de spectacles. On entre, on regarde, on sort." [Démocrite]

     

    Chapitre 1 - 1

     

    De quelle façon peut-on commencer à raconter cette histoire ? Pour que la compréhension soit complète il faudrait la raconter à partir de la première rencontre entre Sarah Travioli et Pierre Frogito. Pour que les choses soient faites dans les règles de l'art il faudrait retracer l'histoire de ce couple jusqu'à leur divorce, en passant par les trois enfants qu'ils ont conçus : Angela, Brice et Alice. Mais cette partie de l'histoire à presque été oubliée, plus personne ne semble se rappeler de l'époque où ce couple et leurs trois enfants étaient heureux. Ce dont la majorité se souvient c'est de toute la période du divorce, à partir du moment où les ex-époux ont choisit de prendre un nouveau départ, recommencer une nouvelle vie chacun de leur côté, mais sans laisser pour compte ce qu'ils venaient de vivre. De toute façon Sarah n'aurait pas pu...

    La fin de ce couple s'annonçait depuis déjà quelques années, l'entente était nulle et les disputes allaient bon train. C'était fatiguant. Physiquement. Et psychologiquement. Et cette fatigue entraina chez Sarah l'apparition de problèmes de santé plus ou moins graves causés par le stress de son couple mais aussi celui de son travail, infirmière. Elle avait commencé à faire de l'anémie environ deux ans avant le divorce, mais elle ne prenait pas assez régulièrement son traitement pour que sa santé s'améliore...

    Mais ce qui nous intéresse ici ce n'est pas ce qui s'est passé avant le divorce, non, ce qu'il faut raconter c'est tout ce qui s'est passé depuis ce fameux jour dont les trois enfants se souviennent comme si ça n'était qu'hier.

     

    ***

     

    Chapitre 1 - 1

     

    C'était en juillet 2009, Brice venait d'avoir ses résultats pour le bac. Il avait réussi. Il n'y eu pas vraiment de félicitations, ou du moins, elles ne durèrent que très peu de temps. Rapidement, Sarah rassembla ses enfants dans la chambre d'Angela, elle ne pouvait plus attendre, et puis attendre quoi après tout ? Sa décision était prise et elle devait en parler à ses enfants. Elle savait qu'ils la soutiendraient, mais ce n'était pas une raison pour qu'ils soient les dernier au courant. Au contraire.

    - J'ai pris une décision, commença-t-elle.

    - Tu quitte papa ? Osa timidement Angela.

    - Vous vous y attendiez, n'est-ce pas ?

    - On espérait surtout, renchérit Brice.

    - J'avais peur de vivre sans lui, peur de ne pas tenir le coup. Parce que malgré tout, j'ai aimé votre père, vraiment, et même si les sentiments ne sont plus là aujourd'hui il garde une place très importante dans ma vie, il reste le père de mes enfants, votre père, et je ne voudrais pas qu'un divorce vous éloigne de lui. Il se montre peut-être parfois un peu violent dans ses propos, mais vous savez tout aussi bien que moi que ce n'est pas de sa faute. Il n'a jamais demandé à être comme ça. Il n'a pas voulu cet accident de voiture, ni ce trauma crânien.

    - On sait maman, intervint Alice.

    - Alors quelle que soit sa réaction, ne le haïssez pas, s'il vous plait. Je ne lui ai pas encore annoncé ma décision de divorcer alors faites comme si vous ne saviez rien, je pense qu'il aimerait être celui qui vous l'annoncera, comme pour sauver l'honneur.

    - T'inquiète pas maman, lui sourit Angela.

    La mère quitta la pièce, laissant ses trois enfants seuls. Ils pouvaient maintenant discuter de la situation tranquillement, comme ils le faisaient toujours lorsqu'ils étaient seuls. Non pas qu'ils ne pouvaient parler devant leur mère, mais plutôt qu'ils préféraient analyser les choses juste entre frère et sœurs, comme pour, d'une certaine façon, renforcer leurs lien. Se dire qu'ils seront toujours ensemble. Se dire qu'ils se soutiendraient toujours. Quoiqu'il arrive.


    votre commentaire

  • Chapitre 1 - 2


    Moins d'une semaine plus tard, il devait être environ 22h. Angela, Brice et Alice étaient tous trois dans la chambre du garçon, se demandant quand leur mère allait faire part de sa décision à leur père, réfléchissant à ce que l'avenir leur réservait. À ce qu'allait être leur nouvelle vie. Leurs parents étaient en bas, dans le salon, regardant la télévision. C'était une vieille maison et depuis l'étage on pouvait facilement distinguer le son de l'appareil. De même que lorsque les gens parlaient, les voix résonnaient jusqu'à l'étage, pas de manière très claire, mais suffisamment pour savoir si c'était un homme ou une femme qui prenait la parole. Alors ils guettaient, comme tous les soirs depuis que leur mère leur en avait parlé. Ils guettaient le moment où elle le dirait à leur père. Ils voulaient savoir.

    Alice sorti de la chambre pour aller chercher à boire. Après quelques pas sur le palier, elle entendit sa mère prendre la parole. Alors, très discrètement, elle appela son frère et sa sœur. Le moment était enfin venu. Ils s'installèrent devant le chauffage, à côté des escaliers, et écoutèrent la conversation du début à la fin. Sans faire un seul bruit. Les parents ne devaient pas savoir qu'ils étaient en train d'écouter.


    Chapitre 1 - 2


    - Pierre, je crois qu'il faut qu'on parle. Veux-tu bien baisser le son de la télé s'il te plait ?

    - De quoi est-ce que tu veux parler Sarah ?

    - Écoute, j'ai bien réfléchi, et, je crois qu'il est préférable pour tout le monde que nous nous séparions. Cette situation n'est viable pour personne dans cette maison. On passe notre temps à nous engueuler, c'est pas vraiment un bon environnement pour les enfants. J'ai déjà pris rendez-vous avec mon avocat pour les formalités, et j'aimerais que tu contacte le tient. Je n'ai pas envie de me battre contre toi...

    - Tu sais, ça fait déjà un moment que j'y pense aussi. Mais est-ce que financièrement tu vas tenir le coup ? Je veux dire, t'as pas vraiment un gros salaire...

    - Ne t'en fais pas pour ça, l'argent n'est pas vraiment un problème. Même si ça sera difficile les premiers mois, je veux que les enfants n'aient plus à subir toute cette tension qu'il y a entre nous depuis des années maintenant.

    - Tu veux donc avoir leur garde ?

    - Tu ne pense pas que ça serait le mieux pour eux ? Tu n'es pas vraiment stable Pierre, et il faut que tu apprenne à t'occuper de toi-même seul. Je ne veux pas t'enlever tes enfants, rassure-toi. Mais de toute façon, les deux grands sont déjà majeurs et dans deux ans Alice le sera aussi.

    - C'est vrai. Je pense qu'on devrait les laisser décider de ce qu'ils veulent. Et j'appellerai mon avocat demain. Tu as raison, c'est la meilleure chose à faire.

    - Merci Pierre.

    - Je suis désolé de ne pas avoir pu répondre à tes attentes depuis que j'ai eu mon accident Sarah, vraiment désolé...

     

    Et environ deux semaines après les résultats du bac, Pierre rassemblait tout le monde dans le salon pour annoncer la nouvelle. Les enfants ne dirent rien, mais il comprit qu'ils savaient et en un sens ça l'arrangeait. Ils avaient pu se préparer, déjà.


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique